mercredi 2 janvier 2019

Interview de Christian Clavier et Chantal Lauby


Entretien avec Christian Clavier et Chantal Lauby à l'occasion de la sortie dans les salles le 30 janvier du film "Qu'est-ce qu'on a ENCORE fait au bon dieu ?" 

Résumé : Le retour des familles Verneuil et Koffi au grand complet !
Claude et Marie Verneuil font face à une nouvelle crise.
Leurs quatre gendres, Rachid, David, Chao et Charles sont décidés à quitter la France avec femmes et enfants pour tenter leur chance à l’étranger.
Incapables d’imaginer leur famille loin d’eux, Claude et Marie sont prêts à tout pour les retenir.
De leur côté, les Koffi débarquent en France pour le mariage de leur fille. Eux non plus ne sont pas au bout de leurs surprises…

Christian Clavier avez-vous hésité avant de vous relancer dans l’aventure du « Bon Dieu » ?

Christian Clavier : Non, j’ai immédiatement accepté. J’avais dit à Philippe de Chauveron que je le suivrais si l’aventure se poursuivait car je m’étais régalé sur le premier volet et vu le triomphe qui a été réservé à ce film, ça me paraissait évident de jouer dans la suite. C’est toujours un plaisir quand le public vous accompagne ; il ne s’agit pas de compter les entrées mais de partager avec les spectateurs quelque chose et de se dire qu’on a un humour commun.

Qu’est-ce qui vous plaisait dans ce nouveau scénario ?


Christian Clavier : Le fait de retrouver les personnages que l’on a découvert dans « Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu ? », cette famille composée de mariages mixtes entre les filles et les gendres. Ils sont face à une nouvelle problématique mais ce sont les mêmes, avec des traits de caractère bien à eux.

Avez-vous retrouvé facilement votre personnage de Claude Verneuil ? 

Christian Clavier : Oui car dès le départ, Philippe l’avait écrit pour moi et nous nous sommes tellement amusés à le créer sur le premier film que j’avais gardé en tête le souvenir d’un vrai plaisir de jeu. C’est un homme qui dit tout ce qu’on ne doit pas dire : sa pensée est sa parole, c’est donc jouissif de l’incarner. C’est une belle rencontre ce Claude Verneuil car c’est un vrai personnage comique.

L’idée de faire aimer la France à ces jeunes vous plaisait-elle particulièrement ?

Christian Clavier : A partir du moment où nous aimons tous notre pays, c’est très sympathique de vanter ses qualités, mais ce qui est amusant ici c’est le côté paradoxal de la situation. Le beau-père que j’incarne est habituellement très critique sur tout, alors le mettre dans la position où il doit présenter une image extrêmement positive de la France, est très amusant. Comment se sont passées les retrouvailles avec votre « épouse » Chantal Lauby ? On s’est beaucoup amusés, encore plus que sur le premier tournage. J’adore Chantal, c’est une merveilleuse partenaire, elle est exceptionnellement amusante, charmante et drôle dans ce film. Elle l’était déjà dans « Qu’estce qu’on a fait au Bon Dieu ? » mais je trouve que notre complicité a grandi.

Considérez-vous désormais les jeunes comédiens du film comme des membres de votre famille ?

Christian Clavier : Oui, même en dehors du plateau, nous nous amusons des rapports gendre/beau-père qui lient nos personnages. On le joue, on le vit, c’est très marrant. Et puis la découverte que l’on a vécue sur le premier tournage s’est prolongée sur le deuxième. Nous nous connaissions mieux mais nous avons essayé de retrouver l’état du premier.

Y avait-il place à l’improvisation ?

Christian Clavier : Oui car j’aime amener des choses au fil du jeu pour pouvoir apporter à mon personnage à toutes les prises. Après, Philippe fait le choix de les garder ou pas, mais c’est comme ça que je procède : je passe mes journées à jouer. 



Chantal Lauby avez-vous hésité avant de vous relancer dans l’aventure du « Bon dieu » ?

Chantal Lauby : En lisant le scénario, j’ai tout de suite trouvé que la nouvelle problématique à laquelle était confrontée la famille Verneuil allait bien avec l’époque dans laquelle nous nous trouvions. J’ai donc accepté immédiatement car l’idée de retrouver l’équipe me plaisait déjà beaucoup.

Avez-vous retrouvé facilement votre personnage de Marie Verneuil ?

Chantal Lauby : Oui car je l’aime bien et elle n’est pas très éloignée de moi. Marie Verneuil est double, triple même. C’est une bourgeoise de province installée qui semble être un peu dans l’ombre de son mari mais veille activement sur sa famille. Elle a quatre jolies filles qu’elle a élevées et pour lesquelles elle reste à l’écoute. Or le fait qu’elle accepte beaucoup de choses d’elles lui donne un côté rock’n roll. C’est ça que j’aime chez Marie : on peut penser qu’elle est coincée, bornée mais c’est un personnage qui va à la rencontre des autres et accepte de s’ouvrir à eux malgré leurs différences pour apprendre à les connaître et les accueillir dans sa famille. Car pour elle, la famille compte plus que tout. J’en connais plein des femmes comme elle. Marie me rappelle un peu ma mère qui était catholique, nous avait élevé dans la religion mais avait aussi un esprit très ouvert. Elle rêvait de faire du théâtre, je la trouvais très moderne, dix fois plus rock que n’importe quelle autre femme. D’ailleurs, elle était la première à rire de tout ce que je pouvais balancer dans les Nuls, c’était ma première cliente. On a souvent des préjugés sur les bourgeois catholiques mais quand on connaît les gens, quand on vit avec eux, on se rend compte qu’ils ne sont pas fondés. C’est ce que raconte ce film.

Avec ses petits-enfants, Marie Verneuil est une grand-mère de choc…

Chantal Lauby : En effet, elle aime faire la fofolle avec eux car c’est un moment où elle peut s’amuser et se lâcher. Elle a sans doute été un peu étouffée par son mari parce qu’il aime jouer les patriarches mais on sent bien que dans la maison c’est elle qui tient les rênes. Elle est maternelle et quand elle dit à son mari « je ne veux pas que les enfants s’en aillent », il sait qu’elle ne rigole pas. Dans ce film, Marie a changé certaines habitudes mais reste sur sa ligne : après la zumba, elle est passée à la marche nordique pour évacuer quand ça ne va pas. Cette activité physique lui permet de sortir ce qu’elle a en elle quand c’est trop lourd. J’aime ensemble ces quatre années avec leurs filles, leurs gendres et leurs petits-enfants. L’idée que Verneuil devienne écrivain et qu’il se la joue un peu me faisait rire car je savais très bien où cela pourrait nous amener. J’ai un vrai plaisir à jouer avec Christian parce qu’on cherche toujours à s’amuser et à se surprendre. Avant chaque scène, on jubile en pensant à ce qu’on va servir à l’autre, de la façon dont on va dire chaque réplique pour le faire rire et l’étonner. Je crois que c’est le secret d’un couple qui dure.

Quel est selon vous le secret pour faire rire le public ?

Chantal Lauby : Il faut rester au premier degré et ne jamais en faire plus que son personnage. Le piège est de mettre, derrière ses mots, une autre intention que la sienne. A partir du moment où on les dit avec sincérité, tout passe. C’est le cas des gros mots par exemple. Il n’y a pas de raison qu’ils soient vulgaires. La vulgarité vient du regard, de la façon de tenir sa bouche ou son corps mais pas du mot en lui-même.

L’idée de faire aimer la France à ces jeunes vous plaisait-elle particulièrement ?

Chantal Lauby : Oui car c’est notre pays. On peut parfois le détester car nous sommes des râleurs mais il y le fait que Philippe de Chauveron en ait fait une femme bien moins soumise et étriquée qu’on ne pourrait l’imaginer. Elle est aimante, maladroite par moment, naïve, mais elle a des valeurs auxquelles elle se tient. Et si parfois les choses ratent ou qu’elle peut faire du mal inconsciemment en disant ce qu’elle pense, elle n’est ni méchante ni cynique.


Dans ce deuxième volet, on découvre aussi que c’est une « mamie 2.0 ». Est-ce votre cas ?

Chantal Lauby : Elle ne l’était pas du tout dans le précédent film mais c’est arrivé avec le temps. Cela m’a amusé car on peut rencontrer des gens comme elle qui se vantent d’être à la pointe de la technologie mais disent « amstramgramme » au lieu d’Instagram. Moi-même, parfois, je fais rire ma fille en me mélangeant les pinceaux car les réseaux sociaux, ce n’est pas de ma génération. Je m’y suis mise petit à petit parce qu’on m’a installé des applis mais dans les premiers temps, je ne savais pas trop où j’allais ni ce que j’allais y raconter.

Comment se sont passées les retrouvailles avec votre « mari » Christian Clavier ?

Chantal Lauby : C’est comme si nous ne nous étions jamais quittés, comme si le couple que nous formions avait vécu a en France une liberté, un mélange culturel et des échanges qu’onces quatre années avec leurs filles, leurs gendres et leurs petits-enfants. L’idée que Verneuil devienne écrivain et qu’il se la joue un peu me faisait rire car je savais très bien où cela pourrait nous amener. J’ai un vrai plaisir à jouer avec Christian parce qu’on cherche toujours à s’amuser et à se surprendre. Avant chaque scène, on jubile en pensant à ce qu’on va servir à l’autre, de la façon dont on va dire chaque réplique pour le faire rire et l’étonner. Je crois que c’est le secret d’un couple qui dure.

Quel est selon vous le secret pour faire rire le public ?

Chantal Lauby : Il faut rester au premier degré et ne jamais en faire plus que son personnage. Le piège est de mettre, derrière ses mots, une autre intention que la sienne. A partir du moment où on les dit avec sincérité, tout passe. C’est le cas des gros mots par exemple. Il n’y a pas de raison qu’ils soient vulgaires. La vulgarité vient du regard, de la façon de tenir sa bouche ou son corps mais pas du mot en lui-même.

L’idée de faire aimer la France à ces jeunes vous plaisait-elle particulièrement ?

Chantal Lauby : Oui car c’est notre pays. On peut parfois le détester car nous sommes des râleurs mais il y a en France une liberté, un mélange culturel et des échanges qu’on ne trouve pas partout. Moi je n’aurais pas pu quitter la France : en bonne auvergnate, j’ai besoin de mes racines et de ma terre pour me sentir ancrée.


0 commentaires:

Publier un commentaire

Vidéo Buzz

Quand Marilyn fait de la publicité sans le vouloir pour un célèbre parfum